L’empreinte de notre activité brassicole

Des brasseries certifiées et toujours plus économes en énergies

ISO-14001 ISO-50001 Nos trois brasseries, à Schiltigheim en Alsace, à Mons-en-Barœul dans le Nord-Pas-de-Calais et à La Valentine à Marseille, ont fait l’objet d’un audit par l’Afnor, et toutes trois ont vu leur certification relative à leur système de management environnemental (ISO 14001) renouvelée. Par ailleurs, ces 3 brasseries ont obtenu pour la première fois en 2015 la certification ISO 50001, qui concerne la mise en place d'un système de management de l'énergie. Ces certifications garantissent la conformité de notre appareil de production aux normes en vigueur, et nous aident à améliorer nos performances environnementales grâce à une utilisation plus rationnelle des ressources.

Ainsi, entre 2008 et 2015, sur l’ensemble de nos brasseries, la consommation d’énergie a été réduite de près de 30% (97,6 MJ/hl par rapport à 138,5 MJ/hl en 2008*) et les émissions de CO2 ont diminué de 26% (4,2 kg CO2/hl par rapport à 5,7 kg CO2/hl en 2008).

Pour réduire notre empreinte carbone en brasserie, nous disposons de deux leviers principaux : l’efficacité énergétique – produire une même quantité avec moins d’énergie – et le « verdissement » du mix énergétique utilisé – avec davantage d’électricité issue de sources renouvelables. La tendance globale est donc bien à la fois à la réduction de notre consommation énergétique et aux émissions de CO2 associées. Pour la seule année 2015, notre consommation énergétique par hectolitre a baissé de 3,6% (97,6 MJ/hl par rapport à 101,2 MJ/hl en 2014). De plus, 55% de notre énergie électrique était d’origine renouvelable en 2015, ce qui contribue à une baisse de 10,6% de nos émissions de CO2 sur l’année (4,2 kg CO2/hl en 2015 par rapport à 4,7 kg CO2/hl en 2014).

*En 2013, nous avons modifié notre mode de calcul de la consommation d'énergie totale afin de mieux prendre en compte les nouvelles méthodes de production d'énergie. Nous avons maintenant adopté la définition suivante, plus précise et reconnue par l'industrie : énergie thermique (MJ / hl) + 3,6 x l'énergie électrique (kWh / hl).

La brasserie de Mons-en-Barœul En savoir plus

Sur le site de Mons-en-Barœul, la consommation d’énergie a diminué de 6% (85,82 MJ/hl par rapport à 91,52 MJ/hl en 2014). Ces résultats s’expliquent notamment par la mise en place de variateurs de vitesse sur les pompes utilisées dans le processus de production, par l’installation d’un nouveau pasteurisateur plus économe en énergie, et enfin par la mise en place de compteurs et d’un Energy Management System avec des outils informatiques permettant de surveiller, de contrôler et d'optimiser les performances énergétiques. Les émissions de CO2 ont également diminué de 14,6% (de 4,1 kg CO2/hl en 2014 à 3,5 kg CO2/hl en 2015).

La brasserie de Marseille En savoir plus

Le site de Marseille a augmenté sa consommation d'énergie de 2,6% (93,44 MJ/hl par rapport à 91 MJ/hl en 2014). Cette légère augmentation est due notamment à une dégradation «mécanique» des rendements énergétiques liée à une baisse de la production, les consommations fixes telles que l’éclairage étant réparties sur un nombre moindre d’hectolitres. L’installation de compteurs et d'un Energy Management System avec des outils informatiques destinés à surveiller, contrôler et optimiser les performances énergétiques permettront à terme d’améliorer les résultats de la brasserie. Les émissions de CO2 ont quant à elles légèrement baissé, de 4,5% par rapport à l’année précédente (de 4,4 kg CO2/hl en 2014 à 4,2 kg CO2/hl en 2015).

La brasserie de Schiltigheim En savoir plus

En 2015, le site de Schiltigheim a diminué sa consommation d’énergie de 3,5% (131 MJ/hl par rapport à 135,5 MJ/hl en 2014) et ses émissions de CO2 de 12,3% (5,7 kg CO2/hl par rapport à 6,5 kg CO2/hl en 2014). L’installation d’une nouvelle rinceuse, qui remplace dans 50% des cas l’utilisation de la laveuse, a permis de faire de réelles économies d’énergie. De plus, toute l’installation de production de froid a été revue, en faveur d’une solution moins énergivore. Enfin, tout comme à Mons-en-Baroeul et à Marseille, des compteurs et un Energy Management System ont été mis en place afin de mieux surveiller, contrôler et optimiser les performances énergétiques du site.

LA NOUVELLE VIE DES DECHETS DE BRASSERIE

Issus de l’orge, du houblon et de la fermentation, nos déchets de brasserie sont aujourd’hui valorisés ou recyclés à 99,9%. Ce résultat impressionnant est à la fois lié aux qualités intrinsèques de ces produits naturels et à la démarche partagée par nos équipes.

Le résidu du brassage de l’orge est appelé « drêche ». Riche en énergie, en protéines et en minéraux, c’est un aliment qui convient à l’alimentation des ruminants, tant pour l’engraissement que pour la production de lait. Elle est également utilisée pour l’alimentation des porcs. Ce recyclage réduit l’impact environnemental de la production. Les levures de bière sont quant à elles utilisées dans l’alimentation humaine, auxquelles elles apportent leurs précieux atouts nutritionnels.

Un autre mode de valorisation des déchets de brasserie concerne la valorisation énergétique des déchets organiques, à l’intérieur même de nos sites. La méthanisation des déchets permet par exemple de produire du biogaz. Ainsi, près de 5% du gaz utilisé par les chaudières de la brasserie de Mons-en-Baroeul est issu du biogaz produit sur place par notre station d’épuration, réduisant ainsi notre consommation d’énergie globale.

RÉDUIRE L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL DE NOS EMBALLAGES

Partenaire majeur d’Eco-Emballages

Parce que HEINEKEN France place sa responsabilité d’entreprise à chaque étape du cycle de vie de ses emballages, notre entreprise s’implique dans leur collecte, leur tri et leur recyclage. Comment ? Notamment en adhérant et en participant au fonctionnement d’Eco-Emballages, une société privée à but non lucratif, créée en 1992 pour permettre aux fabricants de produits de grande consommation de mettre en œuvre le principe de responsabilité élargie du producteur (REP).
HEINEKEN France a contribué à Eco-Emballages à hauteur de 7 012 355 euros en 2015 pour la gestion des déchets d'emballages ménagers de ses produits vendus en France.

En savoir plus

Cette contribution a permis de financer le dispositif de collecte sélective pour 697 677 personnes, dont le geste de tri a permis le recyclage de 34 722 tonnes d'emballages ménagers.* Le fameux « Point Vert », qui figure sur les produits, atteste de cette contribution. Il ne concerne que les produits consommés à domicile par les ménages.

Au-delà de cette contribution, Eco-Emballages nous accompagne pour innover dans l’écoconception de nos produits, et ceci dans une logique d’accompagnement continu.

Autre mission importante d’Eco-Emballages : la sensibilisation des Français aux gestes de tri. Ce qui passe par des campagnes publicitaires, mais aussi de l’information sur les emballages eux-mêmes. Ainsi, HEINEKEN met en place des pictogrammes « info-tri » sur l’ensemble de ses packagings. Cette nouvelle signalétique informera plus clairement le consommateur sur les gestes de tri en fonction du type d’emballage. Cette démarche est volontaire et commune à l’ensemble des industriels.

*Simulation réalisée grâce à l’outil éco-calculette développé par Eco-Emballages, sur la base des données de recyclage 2014.

L’éco-conception de nos emballages

Lorsqu’on est le leader* de son marché comme HEINEKEN, la conception des emballages a un poids très important sur la préservation des ressources naturelles. C’est pourquoi nous menons un travail collaboratif avec nos fournisseurs pour imaginer des emballages primaires et secondaires plus respectueux de l’environnement.

En savoir plus

Notre stratégie se décline en 3 axes : réduction à la source du poids de nos emballages, recyclabilité, et certification :

  • Le premier volet de l’éco-conception concerne la réduction à la source des emballages. Concrètement, il s’agit de produire des bouteilles de verre, des canettes de métal et des cartons plus légers et nécessitant moins de matières premières, tout en maintenant la performance et la perception par les consommateurs. Plusieurs réalisations illustrent cela : grâce à l’allègement des bouteilles Heineken® et Desperados, 40 000 tonnes de CO2 et 50 000 tonnes de verre ont ainsi été économisées depuis 2011. Par ailleurs, l’allègement de plusieurs références de packaging secondaires et tertiaires a permis d’économiser 400 tonnes de carton en 2015.
  • Un deuxième axe de travail porte sur la recyclabilité. Un projet initié en 2011 sur l’amélioration de la recyclabilité des étiquettes adhésives utilisées pour les bouteilles Heineken et Desperados a abouti fin 2014, grâce à une collaboration avec plusieurs de nos partenaires et fournisseurs. Ce projet est passé en phase d’implémentation en 2015, et fait l’objet d’un processus d’amélioration continue.
  • Enfin, soucieux de nous approvisionner en matières premières d’emballage sans menacer les forêts de la planète, nous avons travaillé en 2015 avec l’ensemble de nos fournisseurs de cartons afin de pouvoir apposer une certification (PEFC ou FSC) sur nos cartons d’emballages : packs, cartons de regroupement, etc. Ainsi fin 2015, 75% de nos cartons d’emballages étaient déjà certifiés PEFC ou FSC, et notre objectif est maintenant d’atteindre les 100% d’emballages certifiés à fin 2016. Ces labels garantissent que les fibres de bois qui composent nos packagings sont issues de forêts gérées selon les meilleures règles environnementales et sociales.

*Leader en valeur et en volume, de fabrication et de commercialisation de bières et distributeur intégré de boissons pour la Consommation Hors Domicile (Sources : IRI et GIRA Conseil, 2015)

Desperado 33cl

33cl

315g -20% 250g

Desperado 33cl

25cl

225g -8% 206g

6300 T de verre et 5200 T de CO2
en moins par an

Desperado 33cl

65cl

420g -14% 360g

Desperado 33cl

33cl

235g -19% 190g

Desperado 33cl

25cl

175g -6% 165g

6500 T de verre et 5000 T de CO2
en moins par an

Distribution : Plus performante, plus responsable

Entre 2011 et 2015, nous avons réduit de 27% les émissions de CO2 liées à la distribution de notre activité brasseur, l’objectif 2020 est donc d’ores et déjà atteint.
Pour cela, HEINEKEN France a poursuivi sa politique d’optimisation des circuits de distribution afin de diminuer la distance parcourue par ses produits entre leur sortie de brasserie et leur acheminement vers les entrepôts clients.

L’une des priorités est également le renforcement du transport combiné Rail-Route. Engagée en 2011, l'utilisation du transport combiné Rail-Route pour livrer nos clients en 2015 a concerné 9,3% des volumes livrés (contre 8% en 2013 et 9% en 2014), soit environ 850 camions en moins sur les routes. Pour le transport entre nos brasseries, la part du transport multimodal (Fer et Rail-Route) représentait 8,5% des trajets la même année.

Grâce à l’ensemble de ces actions, l’empreinte carbone logistique a été réduite de 2,6% en un an ; et de 27% depuis 2011, soit une atteinte de l’objectif 2020 avec plusieurs années d’avance !

Transport multimodal 0 camions en moins en 2015


Optimisation de la flotte France Boissons

59% de camions Euro 4, 5 et 6

France Boissons : une flotte en renouvellement

Clef de la performance économique du distributeur, la logistique de France Boissons progresse aussi sur le plan environnemental, réduisant ainsi son empreinte carbone grâce à des camions récents, répondant aux nouvelles normes européennes.

En 2015, 932 camions ont effectué 1,5 millions de livraisons vers plus de 60 000 clients. France Boissons poursuit le renouvellement de ses poids lourds afin qu’ils répondent aux normes règlementaires les plus récentes et, quand cela est possible, les anticipent. Ainsi, 59% de la flotte répond aux normes Euro 4 et plus, dont plus de 130 camions équipés selon la norme Euro 6. Ces nouveaux camions permettent de réduire de manière significative les émissions de particules et d’oxyde d’azote.

Le renouvellement de la flotte est accompagné d’une démarche de rationalisation et de massification des approvisionnements sur les 14 plateformes. Cela a conduit à réduire le nombre de commandes de nos fournisseurs les plus importants, à volume équivalent, et donc de réduire le nombre de trajets, avec des camions mieux remplis et moins nombreux.

Réduire l’empreinte environnementale de nos plateformes

Lors de la rénovation ou de la construction de ses plateformes logistiques, la performance environnementale est au cœur des priorités de France Boissons. C’est le cas de sa nouvelle plateforme de Gennevilliers entrée en activité début 2014. Louée pour dix ans, cette nouvelle base logistique s’étend sur 20 000 m2 et sert à la réception, la manutention, le stockage et l'expédition de boissons.

Cette plateforme imposante répond à des standards environnementaux innovants. Ainsi, Port de Paris, gestionnaire du lieu, a reçu la certification ISO 14001, une première pour un site portuaire en Ile-de-France. L’organisation de l’activité prévoit un programme de respect de la végétation locale avec par exemple un partenariat avec l’UNAF (Union Nationale de l’Apiculture Française) pour l’introduction de ruches sur le site et l’engagement de ne pas utiliser de pesticides dans ses espaces verts.

Enfin, sur le plan humain, des outils modernisés comme les portiques à fûts, les racks dynamiques ou les engins de manutention de dernière génération, garantissent un haut niveau de performance tout en réduisant la pénibilité pour les équipes.

Accompagner nos clients dans la récupération des emballages consignés

La réutilisation des bouteilles en verre consigné permet de réduire leur impact environnemental, et notamment l’impact sur le changement climatique*. Chez HEINEKEN, plus de 90% des volumes de bière vendus en CHR (Cafés, Hôtel et Restaurants) sont consignés. Cette consigne concerne aussi bien les bouteilles que les fûts. France Boissons propose à ses clients CHR de collecter les bouteilles et les fûts consignés lorsque les camions viennent livrer des produits. Ce système de logistique inverse permet ainsi d’éviter d’effectuer des kilomètres supplémentaires pour récupérer les emballages consignés, et donc de limiter les émissions de CO2 associées.

*Etude Ademe 2010

100% DES NOUVEAUX RÉFRIGÉRATEURS INSTALLÉS PERMETTENT UNE ÉCONOMIE D’ÉNERGIE

Pour servir une bière fraîche, sa réfrigération est indispensable et représente une part significative de notre empreinte carbone et de celle de nos clients. HEINEKEN a développé un modèle de réfrigérateur équipé de LED moins énergivores et d’un thermostat « intelligent » qui régule de manière optimale la température. Un gaz réfrigérant performant permet aussi de limiter la consommation énergétique.

100% des 1045 réfrigérateurs installés en 2015 étaient équipés de cette technologie qui permet de réduire leur bilan carbone d’en moyenne 45%.